1 Le XVII siècle : introduction







télécharger 99.64 Kb.
titre1 Le XVII siècle : introduction
page1/3
date de publication19.10.2016
taille99.64 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3
Art contemporain

Histoire de l’art
1) Le XVII siècle : introduction

le cadre historique se développe autours du règne de trois souverains :

  • Henri IV (1589-1610) époux de Marie de Médicis, fille de François de Médicis. Elle joueras le rôle d'un mécène important.

  • Louis XIII, 1610-1643, épouse une infante d'Espagne, Anne d'Autriche.

  • Louis XIV, 1643-1715, épouse Marie Thérèse d'Autriche en 1660.


Le début du XVII doit faire face à une reconstruction liée aux guerres de religions du XVI, 8 guerres entre 1562 et 1598, la première pause à lieu avec l'édit de Nantes, 13 avril 1598, par lequel l'exercice du culte protestant est toléré. Il y a donc eu des construction assez nombreuses de temples protestants.
Ces guerres de religion ont provoqué une grande réflexion au sein de l'église chrétienne, par l'intermédiaire du concile de Trente (ville d'Italie du Nord)(assemblée d'ecclésiastiques qui à pour but de réfléchir à des sujets fondamentaux : pour le cas la scission de l'église). Il a lieu en différentes session entre 1545 et 1563.

Il en découle un courant de pensée, qui s'appelle la réforme catholique , ou contre réforme pour répondre aux critiques faites par le mouvement appelé la "réforme" (qui donne naissance au protestantisme). Cela à un effet sur la création artistique du XVII, par l'application de certains décrets du concil de Trentes. Ils affirment l'aspect essentiel de plusieurs éléments : la décence (bon état) de lieu de culte, ce qui implique une campagne de reconstruction des édifices religieux. Le rôle de l'image comme support d'instruction populaire, "la bible des illettrés" évoque tout le répertoire iconographique de l'art religieux catholique, avec multiplication de peintures et de sculptures du nouveaux testament. Cette application des décrets à pour but de stimuler la création artistique, de faire naître un nouveau courant qui est le baroque.
L'art baroque est l'art qui reflète le mieux la réforme catholique, il est particulièrement dynamique dans les pays à dominante catholique comme l'Italie, l'Espagne, en France. Il existe dans les pays à dominante protestantes pour les décors laïque, pour les palais de souverains. En France, dans l'art officiel, la tendance baroque va plus être l'art classique, le classicisme. Il répond mieux à une illustration de monarchie absolue mise en place par Louis XIV. Le lieu emblématique du pouvoir de Louis XIV est le domaine de Versailles, où on trouve une présence très marquée du baroque. En revanche, dans l'art religieux, le courant baroque continue de se développer tout au long du siècle.
A côtés des dégâts des guerres de religions, le XIV doit également réparer les dégâts de la guerre de Trentes Ans, 1618 à 1648, et aussi ceux de la Fronde (révoltes parlementaire et féodale, qui va marquer l'enfance de Louis XIV et avoir des répercussions dans l'art).


  1. L'organisation administrative relative aux arts :


Les académies :

Thème qui apparaît dans l'Italie de la II renaissance, le terme doit être considéré en fonction de la définition qu'on lui donne au XVII, on trouve dans le dictionnaire de Furetière.

Académie : " assemblée de gens de lettres, où l'on cultive la science et les beaux-arts.

Elles se développent dans toute l'europe et mettent en place un enseignement et une pratique codifiée, permettent de connaître et de comprendre les enjeux intellectuel des artistes.
Une thème : l'autoportrait et le portrait d'artiste

Montre une place nouvelle dans la société : la valorisation des artistes : la majorité des artistes reste quand même dans le lien traditionnel client /artiste.

Jusqu'aujourd'huis, la création artistique est une pratique liée à la commande.
Académie de St Luc, issue de la corporation des peintres et sculpteurs de la ville de Paris. Elle proposait un enseignement gratuit elle apparaît en 1649 sur le modèle de celles qui existent à Rome. Le directeur s'appelle le pince. Le premier prince est Simon Bouet, c'est un des plus grand représentant de l'opposition à l"académie royale de peinture et de sculpture. Cette académie reçoit des peintres qui sont refusés à l'académie royale parce que que représentant des genres "mineurs" (nature morte, paysages, animalière).
Souvent des conflits entre les deux, qui se poursuivent pendant un siècle et demi. L'académie est supprimée par raison royale en 1777; Il fallait avoir autours du roi des artistes au service de la monarchie.

En 1635 , l'académie française, puis l'académie peinture et sculpture.
Le développement des académies à lieu pour résister au poids des corporations qui organisent les métiers à cette époque, qui semblent entraver l'innovation et la création à force de règlements et contrôles. Au sein de la corporation, les jeunes sont formés par le système de l'apprentissage, Ils apprennent le métier chez un maître payé pour assurer sa formation. L'apprentissage dure de 2 à 6 ans, les jeunes sont logés, nourris et blanchis par le maître et un acte notarié garanti toutes les modalités de cet apprentissage. Les artistes sont issus de dynasties qui se lèguent les connaissances, les techniques, les outils, ateliers, et parfois la clientèle.

Pour pouvoir ouvrir un atelier il fallait remplis deux conditions :

  • réaliser le chef-d'oeuvre : un objets qui était déterminé par les maître de la corporation, Il devait contenir toute les difficultés, en une durée terminée et dans des matériaux précis.

  • Payer des sommes importantes.

  • => on peut ensuite ouvrir un atelier et former des apprentis,

La principale difficulté était financière, mais il y avait quelques moyens de devenir maître sans trop de difficultés : être fils de maître, être le gendre du maître et prendre sa succession, ou épouser la veuve du maître.
Le premier qui va avoir un rôle déterminant contre la maîtrise est le roi Henri IV.
a) Il crée les peintres du roi et les peintres ordinaires du roi

Il leur donne un logement et un atelier au Louvre. Cela assure une indépendance des artistes vis à vis de la corporation, certains reçoivent même une pension. On trouve aussi des artisans privilégiés, qui travaillaient dans les demeures du domaine royal. Des orfèvres, des armuriers, tapissiers, menuisiers …

Un premier pas vers la protection des artistes vis à vis de la corporation. L'exclusivité de la création pour le roi, bien que fréquemment ils aient une clientèle particulière.
b) Puis il crée l'académie royale de peinture et de sculpture.

Foncée aprés des affrontements entre la corporation et les artistes logés du Louvre. Elle est fondée en janvier 1648, et autorisé royale en 1655. On y trouve des artistes majeurs du milieu du XVIIs : Charles Lebrun, Jaques Sarazin, François Perrier, Sebastien Bourdon. Puis ils sont rejoint par Phillipe de Champaigne, et les frères Lenain. Cette académie permet réellement d'échapper aux contraintes de la corporation :

  • la liberté de se former

  • liberté de pratiquer son art

  • liberté de vendre sa production

  • liberté de former des élèves

Au départ, l'existence de l'académie semble donner plus de souplesse : au sein de l'académie était organisé la formation des jeunes : une formation théorique et une formation pratique dans l'atelier des académiciens. La formation est fondée sur le dessin, avec des étapes dans la pratique d'abord du dessin de copie d'antique, puis de modèles vivants. L'anatomie artistique, l'apprentissage de la perspective, et à partir de 1663 les élèves de dernière année (5ans) participaient à un concours qui s'appelait le prix de Rome. Le lauréat du prix de Rome obtenait une bourse pour partir étudier à Rome pendant quatre ans.

Organisation de conférences. On demande à ce que les lauréats soient directement intégrés dans l'académie.

1667 : décision d'exposer les meilleurs productions des académiciens. Tous les deux ou trois ans, puis tous les ans. Cela donne naissance aux Salons qui se perpétuent dans les siècles suivants. Jusque au salon des refusés organisé par Napoléon III en 1863

En 1793 suppression de l'académie pour la révolution, l'académie sera remise en place par Napoléon I.
Elle à eu un effet majeur sur l'évolution de la création artistique, parmi les grandes théories qui sont développées, la Théorie de la hiérarchies des genres en peintures.
3) Théorie de la hiérarchie des genres en peinture
Un genre est un sujet, la qualité d'une peinture était en fonction du genre choisi. Mise en place d'un goût, qui diffère du goût du public. Dans le décors des grandes demeures, le paysage et la nature morte on eu un rôle majeur.

Elle distingue 5 genres :

  • la peinture d'histoire, considérée comme un genre noble, le "grand genre" C'est une peinture dite "savante" pour laquelle l'artiste doit maîtriser tout l'éventail des sujets possibles en peinture, la figure humaine, le paysage, perspective, animaux et décors..

On trouve 3 types de sujets :

    • le sujet historique, par ex "la mort de Germanicus", Poussin, 1626, 1628, Minéapolis. Montre la mort de Germaniques entouré de sa famille et de ses soldats. Traitement classique : la construction de l'espace grâce à une architecture très vaste, construction complexe : il y a 3 plans successifs. Les costumes des personnages permettent d'identifier le style classique : ils sont constitués de draperies amples, comme celles des trois soldats. Il y a aussi une variété dans la forme. L'étude anatomique combinée à la postures des personnage, une anatomie athlétique qui transforme les personnages en héros.

    • Le sujet mythologique, Antoine Coypel,"Bacchus et Ariane" 1693. sujet mythologique.

    • Le sujet religieux Sébastien Bourdon : "Moïse Sauvé", 1650, Moise recueillit par la fille du pharaon après avoir été trouvé dans un couffin trouvé sur le Nil. Le classicisme est représenté par les costumes, et quelques éléments d'architecture. Un étude anatomique sur le serviteur




  • Le portrait : développement du culte de la personnalité, le sujet du portrait à un très grand succès dans le public au XVII, on trouve des commandes même chez les personnes modestes. Le principe : identifier le personnage représenté, il faut que le portrait soit physiquement ressemblant. Les commandes sont si nombreuses qu'elles assurent un revenu constant aux artistes. On peut trouver plusieurs thèmes :

    • le portrait d'apparat, Ambroise Dubrois , "Henri IV en mars", avant 1610, portrait en majesté et portrait travestit dans la mythologie. L'aspect guerrier est mis en évidence. Il à la maîtrise de la guerre, il est placé à l"entrée d'une tente, qui donne un environnement majestueux à la figure, représentation avec une musculature très développée, qui contraste avec son visage âgé.

    • Le portrait familier, Hiasinthe Rigaud, "jeune noir tenant un ac", un adolescent représenté dans un costume très élégant, et cet ado est placé dans un contexte qui évoque le privilège de la noblesse pendant l"ancien régime : la chasse puisqu'il tient un arc.

    • La miniature : peinte sur du vélin (peau de veau) portraits qui peuvent etre portatifs ou qui ornent un objet, souvent utilisés pour les décors des tabatières, ici c'est le couvercle d'un boite.




  • La peinture de genre : représente des sujets de la vie quotidienne dans des formats plutôt petits, Georges DeLaTour "le joueur de Vielle", Le tableau montre la réalité du quotidien sans l'embellir, c'est cet aspect là qui est reproché aux artistes, description très proche du modèle. Un costume approximatif, usé, Il ouvre la bouche pour chanter mais le visage n'est pas idéalisé.




  • La peinture de paysage. L'épisode sert de prétexte pour représenter un tableau de paysage. On identifie se type d'artifice en enlevant les figures, on se retrouve devant un tableau dont le sens n'est pas modifié. Le sujet véritable est le groupe d'arbres situés au deuxième plan de la composition où l'artiste développe la végétation. Pierre Patel, "paysage avec ruines antiques". La forme oblongue




  • La peinture de nature morte, Linard : "bouquet sur une boîte en bois" vers 1640, La peinture de bouquet de fleur à beaucoup de succès auprès du public parce que se sont des tableaux décoratifs. Il s'agit de donner une représentation de réalité, à travers le contrastes de différents objets et matériaux : la rugosité du bois, la transparence du vase et de l'eau dans le vase, Permet de représenter le luxe.
    Une vanité : allégorie. Une tablette de pierre, un peu accidentée, ébréchée, sur laquelle on trouve trois objets : au centre un crâne, allégorie la plus précise de l'état éphémère de l'être humain. A droite, un sablier qui représente le temps qui passe, et à gauche une fleur dans un vase, tulipe symbole de la fragilité de la vie, destinée à se faner.


En arrivant au pouvoir, Henri IV décide reprendre le chantier du Louvre. Il veut retrouver un dynamisme économique à travers la commande de grands travaux. Le projet d'agrandissement du Louvre s"appelle le grand Dessein. Il comporte plusieurs points : faire disparaître le Louvre médiéval, construire une cour carrée. Les travaux se déroulent fin XVI début XVII.

  1   2   3

similaire:

1 Le XVII siècle : introduction iconHistorique du XVII siècle

1 Le XVII siècle : introduction iconLa peinture française au XVII ème siècle d’Alain Mérot

1 Le XVII siècle : introduction iconCours. Le bonapartisme est-il de droite ?
«Le xixe siècle fut le siècle de Napoléon iii» phrase de Anceau. IL faut capter la bienveillance du correcteur

1 Le XVII siècle : introduction iconSynthèse des ateliers
«Fictions du religieux» a voulu se placer à l’intersection du politique, de l’esthétique et des sens notamment de la culture de la...

1 Le XVII siècle : introduction iconLe bœuf écorché de rembrandt (Leyde, 1606-Amsterdam, 1669)
«si, au xviième siècle, le thème semble édifiant à ses contemporains, on trouvera Le bœuf écorché «pittoresque» au début du xviiième...

1 Le XVII siècle : introduction iconBibliographie introduction

1 Le XVII siècle : introduction iconBibliographie Introduction

1 Le XVII siècle : introduction iconSynthèse Introduction

1 Le XVII siècle : introduction iconIntroduction générale

1 Le XVII siècle : introduction iconBibliographie Introduction







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com