Livre premier – Quelques pages d'histoire







télécharger 1.48 Mb.
titreLivre premier – Quelques pages d'histoire
page72/72
date de publication16.12.2016
taille1.48 Mb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   64   65   66   67   68   69   70   71   72
Choses vues, ouv. cit., 1830-1846, p. 172.)

157 Jeanne, déjà nommé (voir chap. I, note 1), fut blessé, fait prisonnier et condamné à la déportation. La résistance héroïque de sa barricade est racontée par Louis Blanc dans Histoire de dix ans. Hugo s'en inspire étroitement et en transpose les événements comme il l'avait fait pour le couvent de la rue Neuve-Sainte-Geneviève.

158 Hugo écrivait alors Le roi s'amuse. Voir Victor Hugo raconté… (ouv. cit., p. 501) : « Il ne put que s'abriter entre deux minces colonnes du passage. Les balles durèrent un quart d'heure. »

159 Cette image concrétise souvent chez Hugo la parole évangélique « Spiritus flat ubi vult » : « L'Esprit de Dieu souffle où il veut » (Jean, III, 8).

160 Observation faite par Hugo, mais, à nouveau, en 1839 : « Sur le boulevard du Temple, les cafés se ferment. Le Cirque olympique se ferme aussi. La Gaieté tient bon et jouera. » (Choses vues, ouv. cit., 1830-1846, p. 165-166.)

161 Chose vue, toujours en 1839 : « Au milieu de ce tumulte, on voit passer trois ou quatre drapeaux tricolores. Commentaires. On reconnaît que ces drapeaux sont tout simplement l'ornement d'une petite charrette à bras où l'on colporte je ne sais quelle drogue à vendre. » (Ibid., p. 165.)

162 Le maréchal Clauzel, qui tenait avec Lafayette et les députés Lafitte et Mauguin, l'un des quatre coins du drap mortuaire aux funérailles de Lamarque, avait prononcé, à la suite de Lafayette, un discours d'adieu à Lamarque.

Le mot qui lui est prêté, « Ayez d'abord un régiment », aurait été dit non à Carrel, opposé à l'émeute, mais à un artilleur de la garde nationale qui le pressait d'entrer dans l'insurrection.

163 Cest lors de sa visite à la Conciergerie, en 1846, que Hugo apprit ce détail du directeur, M. Lebel : « Monsieur, on m'en a envoyé six cents ! Je les ai mis ici. Ils couchaient sur des bottes de paille. Ils étaient fort exaltés. L'un d'eux, Lagrange, le républicain de Lyon, me dit : – Monsieur Lebel, si vous voulez me laisser voir ma sœur, je vous promets de faire faire silence dans la chambre. Je lui laissai voir sa sœur, il tint parole, et ma chambrée de six cents diables devint comme un petit paradis. » (Ibid., p. 402-403.) Mais Hugo ne précise pas à l'occasion de quelle émeute Lagrange avait été ainsi incarcéré à la Conciergerie.

164 Ce vénérable académicien (1770-1854) avait été, du temps du Conservateur littéraire, une des cibles préférées du jeune Hugo et vota toujours contre lui à l'Académie. Il avait été surnommé « Balourd dormant ».

165 « Si vis pacem para bellum » : « Si tu veux la paix, prépare la guerre », dit le proverbe latin.

166 Ceci est une dénégation, c'est-à-dire un aveu, du principe de transposition signalé à la note 157 du livre précédent.

Pourquoi ce nom de Corinthe? Hugo s'est peut-être souvenu de la destruction de cette ville d'art et de luxe par Sparte en 244 avant J.-C, puis par Rome. Elle était le sujet de l'opéra de Rossini, Le Siège de Corinthe, représenté en 1826, et qu'Ymbert Gallois, dans la lettre reproduite par Littérature et Philosophie mêlées (volume Critique), décrit comme l'un des rares moments d'« extase » de sa vie.

167 Ces deux vers sont de Saint-Amant (La Solitude, 85-88) et non de Théophile et leur décor n'est pas le cabaret Corinthe, mais un château en ruine.

168 « Cueille les heures. » Horace (Odes, I, 11) avait dit : « Carpe diem » : « Cueille le jour. » Le trajet suivi par l'inscription, du français au latin, est exactement inverse à celui suivi par l'inscription gravée dans Notre-Dame de Paris, « Tu ora » (« Toi, prie ») devenu « Trou aux rats ».

169 Corneille avait écrit, dans Héraclius : « Devine si tu peux et choisis si tu l'oses. »

170 Frère chapeau : religieux laïque, portant donc chapeau et non capuchon, attaché au service d'un père de son ordre. C'est pourquoi ils vont par deux : bini.

171 Comme on lui faisait remarquer qu'on ne mange pas d'huîtres en juin, Hugo répondit : « C'est une bourriche qui restait du mois précédent », et maintint son texte.

172 Du Breul et Sauvai sont les principales sources documentaires de Notre-Dame de Paris, avec l'abbé Lebeuf, auteur d'une Histoire du diocèse de Paris (1754-1758).

173 La Bibliothèque royale, aujourd'hui Bibliothèque nationale.

174 « Malheur aux vaincus ! » (Tite-Live, Histoire romaine, V, 48.)

175 L'apparition d'une comète avait précédé l'assassinat de César par Brutus.

176 Souvenir d'enfance de V. Hugo, alors en Espagne – voir Victor Hugo raconté…, ouv. cit., p. 221, et Les Chants du crépuscule, V, Napoléon II. Victor Hugo revit cette comète à Waterloo : « 3 juillet (1861). Mont-Saint-Jean. A dix heures du soir, vu la comète. Un paysan disait en la regardant terrifié : "Elle est vivante !" » (Carnet, éd. J. Massin, t. XII, p. 1536.)

177 « Apollon Timbré. » Thymbrée, en Troade, avait un temple d'Apollon, dieu de la poésie, si l'on en croit Virgile (Géorgiques, IV, 323).

178 Comme le fait remarquer Y. Gohin (Les Misérables, éd. « Folio »), l'étymologie populaire faisait de barrique l'origine du mot barricade.

179 Vers d'Horace (Épitres, I, 17) passé à l'état de proverbe : « Il n'est pas permis à tous d'aller à Corinthe. » Le texte en offre un démenti puisque tout le personnel du roman – Cosette et Thénardier exceptés – se retrouve sur la barricade.

180 Léopold Hugo en mettant ses fils à la pension Cordier en février 1815 les destinait à l'Ecole polytechnique. Victor avait nourri pour les mathématiques toute l'opposition violente qu'il ne pouvait exprimer à son père : voir A propos d'Horace (Les Contemplations, I, 13) :

J'étais alors en proie à la mathématique.

Le caractère autobiographique de ce passage est confirmé par la réplique de Grantaire : « Je suis capitoul et maître ès jeux floraux » : Victor Hugo avait reçu le Lys d'or en 1819 et, l'année suivante, avait été nommé « maître ès jeux floraux » par l'académie de Toulouse.

181 Une farce représentée aux Variétés le 20 février 1832, Gibou et madame Pochet ou Le Thé chez la ravaudeuse avait eu un succès colossal. Le clou de la pièce était l'absorption d'un thé fait de vinaigre, huile, poivre, œuf, farine, etc. de sorte que « le thé de Madame Gibou » était vite devenu une expression proverbiale pour désigner tout salmigondis, culinaire ou non.

182 Déjà cité en II, 1, 5, écrivain militaire auteur d'une Dissertation sur Polybe et d'un Traité de la défense des places.

183 Histoire d*un crime rapporte deux événements semblables, l'un vécu par Hugo dans la journée du 4 décembre 1851. « Comme j'allais sortir de la barricade Pagevin, on m'a amené un prisonnier, "un mouchard", disait-on. Il s'attendait à être fusillé. Je l'ai fait mettre en liberté. » L'autre, voisin, rapporté dans les notes annexes à l'ouvrage : « On finit par trouver sa carte d'agent de police dans le fond de sa culotte. Un enfant indigné lui tire un coup de pistolet qui rate. […] » (éd. J. Massin, t. VIII, p. 171 et 291.)

184 Paroles entendues par V. Hugo sur une barricade, dans la nuit du 4 décembre 1851 : « Il y aurait des musiciens, mais il n'y a pas de clarinette. » (Histoire d'un crime, IV, 2,. volume Histoire.)

185 Saint Michel est l'archange qui chasse Adam et Eve du Paradis.

186 La place Louis XV devint successivement place de la Révolution en 1792, de la Concorde en 1795, Louis XV à nouveau en 1814, Louis XVI en 1823. En 1830, elle était redevenue place de la Concorde, mais son nom primitif était resté usuel.

187 Hugo renvoie ici le lecteur au fameux chapitre de Notre-Dame de Paris : Paris à vol d'oiseau.

188 Déjà cité avec Harmodius en III, 4, 1 dans le portrait d'Enjolras – voir note 65.

189 Version dérisoire du coq gaulois – voir note 152 en IV, 10, 3. La « banlieue » désigne la garde nationale recrutée pour l'essentiel en banlieue, qui est alors plus bourgeoise et plus réactionnaire que Paris.

190 Même nombre symbolique qu'en II, 1, 2, voir note 4.

191 C'est-à-dire celui qui a voté la mort du Roi.

192 Note du manuscrit : « 14 février [1848]. Ici le pair de France s'est interrompu, et le proscrit a continué : 30 décembre 1860. Guernesey. »

193 Gavroche confirme ici sa qualité de « gamin de lettres ». En familier des théâtres, il emploie la langue des coulisses. Cette expression est en effet relevée comme telle par Du Mersan dans son Journal des dames et des modes (1823) avec le sens de bévue. Le même Du Mersan (ou Dumersan) était l'auteur d'un vaudeville joué en 1830, Les Brioches à la mode, parodiant les « perles » romantiques contemporaines.

194 Annoncée, par antiphrase partielle, comme « incendiaire », cette chanson galante qui, brusquement, fait rimer « charmille » avec « Bastille », donne déjà le ton des Chansons des rues et des bois – dont beaucoup sont écrites à cette date. Le dernier nom féminin cité, Stella, renvoie à Châtiments (VI, 15).

1   ...   64   65   66   67   68   69   70   71   72

similaire:

Livre premier – Quelques pages d\Introduction à l’histoire de nancy, quelques livres sur l’histoire de la lorraine

Livre premier – Quelques pages d\2013 Qualification aux fonctions de Maître de conférences par le...
«Matières à transfaire. Espace-temps d’une globalisation (post-)ottomane» (2013-2016) coordonné par Marc Aymes (cnrs). Partenaires...

Livre premier – Quelques pages d\Pour diffusion immédiate communiqué de presse
«livre de famille», un objet de collection sous forme de livre-armoirie composé de techniques mixtes

Livre premier – Quelques pages d\DÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie
«Quelques dizaines, quelques centaines de mètres disputés pendant des semaines, des mois…»

Livre premier – Quelques pages d\Ateliers, pistes de travail
«idolâtres» des peuples à convertir. Cet «exotisme» va provoquer engouement et fascination jusqu’au 17ème siècle à travers les cabinets...

Livre premier – Quelques pages d\C’est avec un grand plaisir que je vais vous remettre dans quelques...
«grand largue» sur la culture. Le premier port où vous faites relâche s’appelle l’Urbanisme. Vous êtes l’un des attachés de l’Echevin...

Livre premier – Quelques pages d\Atelier ouvert, 36 Lime Street, première co-opérative ateliers pour...
«Peace treaty signature Irlande de Nord /Angleterre» 1989, soutienne avec ambassade de Irlande. Livre de larmes en verre. Les Droits...

Livre premier – Quelques pages d\Dans ce cinquième message, je relaterai quelques moments vécus depuis...
«barranco», des couloirs naturels. En conséquence, les débris de bois, de feuilles, de branches, de plastique flottent dans le port....

Livre premier – Quelques pages d\Notes de lecture Première partie : Concepts et contextes Nisbet se...
«discours de la méthode» dans lequel IL va préciser les objectifs, les enjeux du livre, et les méthodes et outils qu’il compte utiliser...

Livre premier – Quelques pages d\Monographs on artists – pages 1 105







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com