Association des Juristes Spécialisés en Contrats Publics







télécharger 1.25 Mb.
titreAssociation des Juristes Spécialisés en Contrats Publics
page12/20
date de publication18.12.2016
taille1.25 Mb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   8   9   10   11   12   13   14   15   ...   20

LIVRE II - BIENS RELEVANT DU DOMAINE PRIVÉ




TITRE Ier - MODES DE CESSION




Chapitre Ier - Cessions à titre onéreux


 
Section 1 - Vente



Sous-section 1 - Domaine immobilier


Paragraphe 1 - Dispositions applicables à l’Etat

 

Article L. 3211-1

  

Lorsqu’ils ne sont plus utilisés par un service civil ou militaire de l’Etat ou un établissement public de l’Etat, les immeubles du domaine privé de l’Etat peuvent être vendus dans les conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.
Lorsque la cession de ces immeubles implique au préalable l'application des mesures prévues à l'article L. 541-2 du code de l'environnement ou l'élimination des pollutions pyrotechniques, l''Etat peut subordonner la cession à l'exécution, dans le cadre de la réglementation applicable, par l'acquéreur, de ces mesures ou de ces travaux, le coût de la dépollution s'imputant sur le prix de vente. Dans cette hypothèse, le coût de la dépollution peut être fixé par un organisme expert indépendant choisi d'un commun accord par l'Etat et l'acquéreur.

Article L. 541-2 du code de l’environnement

Tout producteur ou détenteur de déchets est tenu d'en assurer ou d'en faire assurer la gestion, conformément aux dispositions du présent chapitre.

Tout producteur ou détenteur de déchets est responsable de la gestion de ces déchets jusqu'à leur élimination ou valorisation finale, même lorsque le déchet est transféré à des fins de traitement à un tiers.

Tout producteur ou détenteur de déchets s'assure que la personne à qui il les remet est autorisée à les prendre en charge.
Article L. 3211-2

 

 Les biens immobiliers à usage de bureaux mentionnés à l’article L. 2211-1, qui sont la propriété de l’Etat, peuvent être aliénés alors qu’ils continuent à être utilisés par les services de l’Etat. Dans ce cas, l’acte d’aliénation comporte des clauses permettant de préserver la continuité du service public.
Article L. 3211-3

 

 Les immeubles de toute nature dont l’Etat est propriétaire en indivision avec d’autres personnes physiques ou morales, et qui sont insusceptibles de partage, sont vendus en totalité dans les formes et conditions fixées pour ceux qui lui appartiennent sans part d’autrui. Les indivisaires reçoivent leur part dans le prix, à la date du ou des paiements.
Article L. 3211-4

 

 Peuvent être également vendus selon les modalités mentionnées à l’article L. 3211-3, avec l’accord des propriétaires intéressés, les immeubles appartenant divisément à l’Etat et à des personnes physiques ou morales, lorsque la part de chaque propriétaire ne peut être commodément isolée.
Article L. 3211-5

  

Les bois et forêts de l’Etat ne peuvent être aliénés qu’en vertu d’une loi.

 

Par dérogation aux dispositions du premier alinéa, l’Etat peut dans les conditions précisées par décret en Conseil d’Etat procéder à la vente des bois et forêts qui satisfont aux conditions suivantes :

 

1° Etre d’une contenance inférieure à 150 hectares ;

 

2° N’être nécessaires ni au maintien et à la protection des terrains en montagne, ni à la régularisation du régime des eaux et à la protection de la qualité des eaux, ni à l’équilibre biologique d’une région ou au bien-être de la population ;

 

3° Et dont les produits tirés de leur exploitation ne couvrent pas les charges de gestion.

 

Par dérogation aux dispositions du premier alinéa, les bois et forêts de l’Etat compris dans le périmètre d’une déclaration d’utilité publique sont cédés conformément aux dispositions du dernier alinéa de l’article L. 12-4 du code de l’expropriation pour cause d’utilité publique dans les conditions précisées par décret en Conseil d’Etat.
Article 12-4 du code de l’expropriation pour cause d’utilité publique
  Ceux qui ont été envoyés en possession provisoire peuvent, après autorisation du tribunal donnée sur simple requête, en la chambre du conseil, le ministère public entendu, consentir amiablement à l'aliénation de ceux des biens d'absents qui sont compris dans les immeubles ou droits réels immobiliers à exproprier. Le tribunal ordonne les mesures de conservation ou de remploi qu'il juge nécessaires.
   


Ces dispositions sont applicables aux immeubles dotaux.
   

Les préfets peuvent dans le même cas aliéner les biens des départements, s'ils y sont autorisés par délibération du conseil général, les maires ou administrateurs peuvent aliéner les biens des communes ou établissements publics, s'ils y sont autorisés par délibération du conseil municipal ou du conseil d'administration, approuvée, s'il y a lieu, par l'autorité supérieure. Les immeubles dépendant du domaine privé de l'État peuvent être cédés dans les conditions prévues au code du domaine de l'État.
Article L. 3211-6

 

 Les immeubles bâtis et non bâtis qui font partie du domaine privé de l’Etat peuvent être cédés à l’amiable en vue de la réalisation d’opérations d’aménagement ou de construction, dans les conditions fixées par décret en Conseil d’Etat. Ce décret fixe notamment les règles applicables à l’utilisation des biens cédés.
Article L. 3211-7

  

L'Etat peut procéder à l'aliénation de terrains de son domaine privé à un prix inférieur à la valeur vénale lorsque ces terrains sont destinés à la réalisation de programmes de constructions comportant essentiellement des logements dont une partie au moins est réalisée en logement social. La différence entre la valeur vénale et le prix de cession ne peut dépasser un plafond fixé par décret en Conseil d'Etat.

Un décret en Conseil d'Etat précise les conditions d'application du présent article.

Pour l'application du présent article, sont assimilés aux logements sociaux mentionnés aux 3° et 5° de l'article L. 351-2 du code de la construction et de l'habitation :

-les structures d'hébergement temporaire ou d'urgence bénéficiant d'une aide de l'Etat ;

-les aires permanentes d'accueil des gens du voyage mentionnées au premier alinéa du II de l'article 1er de la loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l'accueil et à l'habitat des gens du voyage ;

-les logements neufs destinés à être affectés à l'habitation principale de personnes physiques, si ces personnes acquièrent le terrain de manière différée ou si elles bénéficient d'un prêt à remboursement différé, dans les conditions mentionnées au 9 du I de l'article 278 sexies du code général des impôts ou encore, si ces personnes sont titulaires de contrats de location-accession dans les conditions mentionnées au 4 du même I.

L 351-2 du code de construction et d'habitation
Al 3 Les logements à usage locatif construits, acquis ou améliorés à compter du 5 janvier 1977 au moyen de formes spécifiques d'aides de l'Etat ou de prêts dont les caractéristiques et les conditions d'octroi sont déterminées par décrets ainsi que les logements à usage locatif construits à compter du 1er octobre 1996 ayant bénéficié d'une décision favorable dans des conditions fixées par le présent code ; l'octroi de ces aides ou de la décisiondéfinies par décrets et précisées par des conventions régies par le chapitre III du présent titre ; celles-ci doivent être conformes à des conventions types annexées aux décrets favorable est subordonné à l'engagement pris par les bailleurs de respecter certaines obligations

Al 5 :Les logements-foyers de jeunes travailleurs et les logements-foyers assimilés dans des conditions fixées par décret en Conseil d'Etat aux logements mentionnés aux 2° et 3° ci-dessus, dès lors qu'ils font l'objet des conventions régies par le chapitre III du présent titre
Article 278 sexies du code général des impôts
9. Les livraisons de terrains à bâtir et les cessions de droit au bail à construction en vue de l'acquisition de logements neufs à titre de première résidence principale dans le cadre d'une opération d'accession à la propriété assortie d'une acquisition différée du terrain, ainsi que les livraisons d'immeubles et les travaux réalisés en application d'un contrat unique de construction de logement dans le cadre d'une opération d'accession à la propriété sous le bénéfice d'un prêt à remboursement différé octroyé par un organisme associé collecteur de l'Union d'économie sociale du logement mentionné à l'article L. 313-18 du code de la construction et de l'habitation dès lors que, dans un même programme de construction ou pour un même constructeur et pour des caractéristiques équivalentes, le prix de vente ou de construction hors taxe des logements n'excède pas celui des logements pour lesquels le taux réduit ne s'applique pas.

Article L. 3211-8

 

 Les immeubles à destination agricole qui sont devenus la propriété de l’Etat dans les conditions fixées au dernier alinéa de l’article L. 1123-3, peuvent être cédés à l’amiable dans les conditions précisées par décret en Conseil d’Etat.
Article L. 3211-9

  

L’Etat est autorisé à aliéner, dans la forme ordinaire des ventes des biens de l’Etat, les biens immobiliers provenant des successions en déshérence dont l’envoi en possession définitive a été prononcé par le tribunal de grande instance.

 

Ces dispositions ne portent pas atteinte aux droits des tiers et spécialement aux droits des héritiers et légataires éventuels, qui sont admis à exercer leur action sur le prix net des biens vendus, dans les mêmes conditions et délais qu’ils eussent été fondés à l’exercer sur ces biens eux-mêmes.
Article L. 3211-10

  

Les exondements réalisés avant le 3 janvier 1986, hors d’une concession régulièrement accordée, peuvent faire l’objet en tout ou partie d’une concession ayant pour effet de transférer légalement à son bénéficiaire la propriété des terrains définitivement sortis des eaux.

 

Un décret en Conseil d’Etat fixe les conditions d’instruction et de délivrance de ces concessions translatives de propriété.
Article L. 3211-11

  

Ne peuvent prendre part aux adjudications publiques les personnes notoirement insolvables ou qui auront été exclues des ventes domaniales.
Article L. 3211-12

  

L’acquéreur qui n’a pas payé le prix aux échéances peut être déchu de la vente dans les conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.

 

Lorsqu’il a été déchu de la vente, il doit payer, à titre de dommages et intérêts, sans préjudice de la restitution des fruits, une amende égale au dixième de la somme exigible, sans que cette amende puisse être inférieure au vingtième du prix de la vente. Dans le cas de vente par adjudication, il n’est pas tenu à la folle enchère.

 

Paragraphe 2 - Dispositions applicables aux établissements publics de l’Etat

 

Article L. 3211-13

  

Lorsqu’un établissement public, autre qu’un établissement public à caractère industriel et commercial, envisage de procéder à la cession d’un immeuble mentionné à l’article L. 2211-1, qui continue à être utilisé par ses services, il doit recueillir l’accord préalable de l’autorité administrative compétente. Dans ce cas, l’acte d’aliénation comporte des clauses permettant de préserver la continuité du service public.

 

Paragraphe 3 - Dispositions applicables aux collectivités territoriales, à leurs groupements et à leurs établissements publics

 

Article L. 3211-14

 

 Les collectivités territoriales, leurs groupements et leurs établissements publics cèdent leurs immeubles ou leurs droits réels immobiliers, dans les conditions fixées par le code général des collectivités territoriales.

 

Paragraphe 4 - Dispositions communes à l’Etat, aux collectivités territoriales et à leurs groupements
Article L. 3211-15

  

Les atterrissements des cours d’eau domaniaux, qui ne constituent pas une alluvion au sens de l’article 556 du code civil, peuvent faire l’objet d’une concession ayant pour effet d’en transférer légalement à son bénéficiaire la propriété dès qu’ils sont définitivement sortis des eaux.
Article 556 du code civil
Les atterrissements et accroissements qui se forment successivement et imperceptiblement aux fonds riverains d'un cours d'eau s'appellent "alluvion".
   L'alluvion profite au propriétaire riverain, qu'il s'agisse d'un cours d'eau domanial ou non ; à la charge, dans le premier cas, de laisser le marchepied ou chemin de halage, conformément aux règlements.

 

Un décret en Conseil d’Etat fixe les conditions d’instruction et de délivrance de ces concessions translatives de propriété.
Article L. 3211-16

 

 Lorsqu’un cours d’eau domanial forme un nouveau cours en abandonnant son ancien lit ou lorsqu’à la suite de travaux légalement exécutés, des portions de l’ancien lit cessent de faire partie du domaine public, l’aliénation de cet ancien lit est régie par les dispositions de l’article 563 du code civil.
Article 563 du code civil
Si un cours d'eau domanial forme un nouveau cours en abandonnant son ancien lit, les propriétaires riverains peuvent acquérir la propriété de cet ancien lit, chacun en droit soi, jusqu'à une ligne qu'on suppose tracée au milieu du cours d'eau. Le prix de l'ancien lit est fixé par des experts nommés par le président du tribunal de la situation des lieux, à la requête de l'autorité compétente.
   

A défaut par les propriétaires riverains de déclarer, dans les trois mois de la notification qui leur sera faite par l'autorité compétente, l'intention de faire l'acquisition aux prix fixés par les experts, il est procédé à l'aliénation de l'ancien lit selon les règles qui président aux aliénations du domaine des personnes publiques.
   

Le prix provenant de la vente est distribué aux propriétaires des fonds occupés par le nouveau cours à titre d'indemnité, dans la proportion de la valeur du terrain enlevé à chacun d'eux.

 
Sous-section 2 - Domaine mobilier

 

Article L. 3211-17

  

Lorsqu’ils ne sont plus utilisés par un service civil ou militaire de l’Etat ou un établissement public de l’Etat, les biens et droits mobiliers du domaine privé de l’Etat et de ses établissements publics peuvent être vendus dans les conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.
Article L. 3211-18

  

Les opérations d’aliénation du domaine mobilier de l’Etat ne peuvent être réalisées ni à titre gratuit, ni à un prix inférieur à la valeur vénale.

 

Lorsque les produits procurés par un immeuble ne sont pas aliénés et sont conservés pour son usage par un service de l’Etat non doté de l’autonomie financière, ce service doit verser au budget général la valeur de ces produits.

 

Un décret en Conseil d’Etat détermine les conditions d’application du présent article.
Article L. 3211-19

 

 Il n’est pas procédé à l’aliénation des objets de caractère historique, artistique ou scientifique appartenant à l’Etat et destinés à être placés dans les musées de l’Etat ou dans un établissement public de l’Etat ayant vocation à recevoir de tels objets ou dans un immeuble classé ou inscrit au titre des monuments historiques pour y être classés dans le domaine public ainsi que des oeuvres contrefaisantes mentionnées par la loi du 9 février 1895 sur les fraudes en matière artistique.

 

Les oeuvres contrefaisantes mentionnées par la loi du 9 février 1895 précitée et confisquées dans les conditions fixées par ses articles 3 et 3-1 sont soit détruites, soit déposées dans les musées de l’Etat et de ses établissements publics, après avis de l’autorité compétente de l’Etat.
Loi du 9 février 1895
La juridiction qui a statué peut prononcer la confiscation de ces oeuvres ou leur remise au plaignant.
Article L. 3211-20

 

L’État est autorisé à aliéner, dans la forme ordinaire des ventes des biens de l’Etat, les biens mobiliers et les valeurs provenant des successions en déshérence dont l’envoi en possession définitive a été prononcé par le tribunal de grande instance.

 

Les inscriptions de rentes sur l’Etat, comme toutes les autres valeurs cotées, sont négociées à une bourse de valeurs.

 

Ces dispositions ne portent pas atteinte aux droits des tiers et spécialement aux droits des héritiers et légataires éventuels, qui sont admis à exercer leur action sur le prix net des biens vendus, dans les mêmes conditions et délais qu’ils eussent été fondés à l’exercer sur ces biens eux-mêmes.

Section 2 - Autres modes



Sous-section 1 - Echange


Article L. 3211-21

 

 L’échange des biens et des droits à caractère immobilier qui appartiennent à l’Etat est consenti dans les conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.
Article L. 3211-22

  

Lorsque le bien faisant l’objet du contrat d’échange est grevé d’inscriptions, la partie qui apporte le bien en échange est tenue d’en rapporter mainlevée et radiation dans un délai de trois mois à compter de la notification qui lui en aura été faite par l’autorité compétente, sauf clause contraire de ce contrat stipulant un délai plus long. A défaut, le contrat d’échange est résolu de plein droit.
Article L. 3211-23

  

Les collectivités territoriales, leurs groupements et leurs établissements publics peuvent céder des biens et des droits, à caractère mobilier et immobilier, par voie d’échange. Ces opérations d’échange s’opèrent dans les conditions fixées par le code général des collectivités territoriales ou par le code de la santé publique.

 
Sous-section 2 - Apport

 

Article L. 3211-24

 

 Les dispositions de l’article L. 3211-6 sont applicables aux apports d’immeubles bâtis et non bâtis qui font partie du domaine privé de l’Etat en vue de la réalisation d’opérations d’aménagement ou de construction.

 
Sous-section 3 - Remise en jouissance des casernes


Article L. 3211-25

 

 Les casernes dont la nue-propriété appartient aux communes et dont l’usufruit a été réservé à l’Etat pour l’occupation par des corps de troupes sont remises pour la jouissance entière aux communes qui en font la demande, dans le cas où les troupes cessent, à titre définitif, d’utiliser ces casernes.

Chapitre II - Cessions à titre gratuit

Section 1 - Domaine immobilier


Article L. 3212-1

  

Lorsque les monuments aux morts pour la France ou à la gloire des armes françaises ou des armes alliées sont édifiés sur des terrains faisant partie du domaine privé de l’Etat, l’autorité compétente peut consentir aux communes intéressées la cession gratuite de l’emplacement reconnu nécessaire à leur érection.

 
Section 2 - Domaine mobilier



Sous-section 1 - Dispositions applicables à l’Etat et à ses établissements publics

 

Article L. 3212-2

 

Par dérogation aux dispositions du premier alinéa de l'article L. 3211-18, peuvent être réalisées gratuitement :

1° Les cessions de biens meubles dont la valeur n'excède pas des plafonds fixés par l'autorité désignée par décret en Conseil d'Etat à des Etats étrangers dans le cadre d'une action de coopération ;

2° Les cessions de biens meubles dont la valeur unitaire n'excède pas un plafond fixé comme il est dit au 1° à des associations relevant de la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d'association visées au 1 b de l'article 238 bis du code général des impôts et dont les ressources sont affectées à des œuvres d'assistance, notamment à la redistribution gratuite de biens meubles aux personnes les plus défavorisées. Ces associations ne peuvent procéder à la cession, à titre onéreux, des biens ainsi alloués à peine d'être exclues définitivement du bénéfice des présentes mesures ;

3° Les cessions des matériels informatiques dont les services de l'Etat ou de l'un de ses établissements publics n'ont plus l'emploi et dont la valeur unitaire n'excède pas un seuil fixé par décret aux associations de parents d'élèves aux associations de soutien scolaire et aux associations d'étudiants. Les associations s'engagent par écrit à n'utiliser les matériels qui leur sont cédés que pour l'objet prévu par leurs statuts, à l'exclusion de tout autre. Elles ne peuvent procéder à la cession, à titre onéreux, des biens ainsi alloués, à peine d'être exclues du bénéfice des présentes mesures ;

4° Les cessions de matériels et d'équipements destinés à l'enseignement et à la recherche scientifiques, lorsqu'ils ont été remis, dans le cadre d'une convention de coopération, à un organisme assurant des missions de même nature ;

5° Les cessions des matériels informatiques et des logiciels nécessaires à leur utilisation, dont les services de l'Etat ou de l'un de ses établissements publics n'ont plus l'emploi et dont la valeur unitaire n'excède pas un plafond fixé par décret, aux personnels des administrations concernées ;

6° Les cessions de biens meubles, dont le ministère de la défense n'a plus l'emploi, à des associations ou organismes agissant pour la préservation ou la mise en valeur du patrimoine militaire, ou contribuant au renforcement du lien entre la Nation et son armée.
Article 238 BIS du code général des impôts
b) De fondations ou associations reconnues d'utilité publique ou des musées de France et répondant aux conditions fixées au a, ainsi que d'associations cultuelles ou de bienfaisance et des établissements publics des cultes reconnus d'Alsace-Moselle. La condition relative à la reconnaissance d'utilité publique est réputée remplie par les associations régies par la loi locale maintenue en vigueur dans les départements de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin lorsque la mission de ces associations est reconnue d'utilité publique. Un décret en Conseil d'Etat fixe les conditions de cette reconnaissance et les modalités de procédure permettant de l'accorder

Sous-section 2 - Dispositions applicables aux collectivités territoriales, à leurs groupements et à leurs établissements publics

 

Article L. 3212-3

  

Les collectivités territoriales, leurs groupements et Les collectivités territoriales, leurs groupements et leurs établissements publics sont autorisés à céder gratuitement les matériels informatiques dont ils n'ont plus l'emploi aux mêmes conditions que celles fixées pour l'Etat au 3° de l'article L. 3212-2.

Ils peuvent également céder gratuitement à leurs personnels les matériels informatiques et les logiciels nécessaires à leur utilisation dont ils n'ont plus l'emploi, aux mêmes conditions que celles fixées pour l'Etat ou l'un de ses établissements publics au 5° de l'article L. 3212-2.
1   ...   8   9   10   11   12   13   14   15   ...   20

similaire:

Association des Juristes Spécialisés en Contrats Publics iconI. La classification des contrats spéciaux

Association des Juristes Spécialisés en Contrats Publics iconBourses des institutions, organismes ou établissements publics français

Association des Juristes Spécialisés en Contrats Publics iconSociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias

Association des Juristes Spécialisés en Contrats Publics iconBulletin de liaison a la mémoire du réseau Alliance
Bulletin de l’association…) sont classés au nom de l’organisme (Association…, etc)

Association des Juristes Spécialisés en Contrats Publics iconL’actualite des articles 1156 et suivants du code civil
En rechercher la signification Pour M. le professeur Sériaux, l'interprétation est "l'opération juridique qui consiste à définir...

Association des Juristes Spécialisés en Contrats Publics iconL'Union. Débat sur la répartition des richesses
«Les Chayottes» va reprendre ses activités. Une rencontre à la ferme est prévue le 28 mars pour signer les contrats. Les personnes...

Association des Juristes Spécialisés en Contrats Publics iconCours conception graphique et spot publicitaire (Chambre de Commerce, Madrid)
«publics-musée» peut-elle faciliter l’accés à l’art ? Le cas des musées d’art, in Actes des Journées Normandes de Recherche sur la...

Association des Juristes Spécialisés en Contrats Publics iconParcours 4 Action culturelle et jeunes publics

Association des Juristes Spécialisés en Contrats Publics iconUn projet interdisciplinaire Collège «Les Pierres Plantes» Montalieu-Vercieu
«Développer les projets culturels et interculturels, notamment auprès des publics éloignés», «Développer la culture du partenariat»,...

Association des Juristes Spécialisés en Contrats Publics iconProgramme du printemps regional
«Face-à-face, le banquet chez les Grecs et les Etrusques», autour de l’exposition temporaire, par Mathilde essamet, chargée du service...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com