Le postmodernisme en architechture a travers l'oeuvre de robert venturi







télécharger 31.59 Kb.
titreLe postmodernisme en architechture a travers l'oeuvre de robert venturi
date de publication20.02.2017
taille31.59 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > droit > Documentos
LE POSTMODERNISME EN ARCHITECHTURE A TRAVERS L'OEUVRE DE ROBERT VENTURI

Le postmodernisme n'est pas un « mouvement » ni un courant artistique. C'est le résultat des diverses critiques faites au modernisme. Le postmodernisme si il s'oppose de manière théorique au modernisme en est la conséquence logique. C'est dans les années soixante qu'apparaissent les premières thèses « post-modernes ». Cependant le terme postmodernisme est né véritablement en 1978 utilisé par Charles Jencks dans son ouvrage «  le langage de l'architecture postmoderne ».

Le phénomène postmoderne engendre ainsi un nouvel esthétisme basé sur une conception philosophique complexe, théorisée par Lyotard en 1979 dans «  la condition postmoderne »

Contre l'hégémonie occidentale que prône le modernisme et qui se reflète à travers l'architecture héritée du Bauhaus, le terme de « postmoderne » apparaît véritablement dans la première critique faite par les architectes de la nouvelle génération dont Robert Venturi incarne la figure la plus emblématique.

Architecte américain né en 1925, il figure comme le premier architecte en opposition radicale avec l'architecture de Gropius et de Mies Van Der Rohe. Contre le style international Venturi prône une architecture qui propose une relecture de l'histoire tout en adaptant un langage neuf. En effet il considère l'importance du patrimoine architectural européen, et est pour un symbolisme des formes. Cet attrait pour l'architecture européenne il le doit à sa formation à l'académie américaine qu'il effectua à Rome pendant trois ans. À son retour aux États-Unis il devient l’assistant de Louis Kahan, architecte américain qui propose une architecture moderne mais dont les théories s'éloignent de celles du style international. Une fois la formation de Venturi terminée il ouvre sa propre agence en 1964 avec Rauch, puis avec Scott Brown, qui deviendra sa femme.

L’œuvre architecturale de Venturi, si elle est conséquente se révèle être totalement novatrice et fondatrice d'une nouvelle perception de l’architecture comme témoin privilégié de l'évolution de la société occidentale. Reconnu comme un architecte qui fit évoluer les conceptions architecturales de la fin du siècle, il fut récompenser par le prix Prizker en 1991 . À l'image du changement radical par le Corbusier dans les années 30, Venturi annonce une révolution pacifiste qui trouve sa légitimité par des écrits théoriques extrêmement poussés. Publié en 1966, son ouvrage « de l’ambiguïté en architecture » se révèle être un véritable manifeste architectural. Vincent Sully ira même jusqu’à dire qu'il est  «  [le ] texte le plus important de la théorie de l'architecture depuis « vers une architecture » de le Corbusier »

« De l’ambiguïté en architecture » a ainsi un double impact. Si il annonce la mort du modernisme en architecture il soulève également les principales caractéristiques des futurs enjeux sociétaux annoncés par les théories postmodernes. On peut ainsi se demander comment cet essai sur l'architecture se révèle être une des premières concrétisations des théories postmodernes. Nous verrons comment les réalisations architecturales de Venturi font figure de manifeste architectural en annonçant une nouvelle manière de concevoir la société par la radicalisation du regard tout en permettant une nouvelle perception de l'historicisme.
I. Le langage classique de l'architecture au service de la modernité
«  De l’ambiguïté en architecture » se révèle être une mine d'or de connaissances sur l'art de bâtir des anciens. Tout son discours se construit par rapport aux méthodes de façonnement des grands édifices classiques. Pour Venturi il est nécessaire de concevoir l'érection d'un bâtiment selon l'histoire même de l'architecture et du contexte historique qui le fait naître. C'est par l'étude approfondie de l'antiquité en architecture? qu'un bâtiment moderne trouve toute sa cohérence et a ainsi un impact plus profond sur celui qui le regarde. Dans son ouvrage il propose une nouvelle interprétation de lecture du langage classique de l'architecture. . Il adapte le langage classique des formes pour alimenter sa nouvelle écriture des formes.

C'est à travers des exemples très précis de réalisations architecturales qu'il montre les grands principes de l'architecture sur lesquels il construit son discours . Il développe plusieurs notions qui sont essentielles pour comprendre l'impact de son œuvre .
La notion d’ambiguïté ou l'art de la poésie en architecture
«  une architecture de complexité et de contradiction abonde en ambiguïté et en tensions. Elle est forme et fond, abstraite et concrète, et sa signification découle tout autant de ses caractéristiques internes que du contexte particulier dans lequel elle s'insère. Un élément architectural est perçu à la fois comme forme et structure, matière et matériaux »
Pour lui, la notion d’ambiguïté est facteur de poésie. Une architecture de la tension sera une architecture au langage poétique. La poésie qui est le but de chaque art trouve dans l'architecture une fonction nouvelle qu'il se réapproprie. Pour Venturi cette notion de poésie en architecture a longtemps était ignorée des modernes. C'est en érigeant une architecture aux éléments complexes et contradictoires qu'il réussit à redonner une « atmosphère » à l'architecture. Cette nécessité de rendre vivant un bâtiment répond aux nécessités de la vie ; contre l'architecture hygiéniste, froide, dénuée de tout sentiment de vie, il veut réhabiliter l'espace en lui redonnant sa fonction première : un lieu de rencontres qui recrée le mouvement de la vie.

«  ce que j'aime des choses, c'est qu'elles soient hybrides plutôt que pures, issues du compromis plutôt que de mains propres, biscornues plutôt que sans détours, ambiguës plutôt que clairement articulées, aussi contraignantes qu'impersonnelles, aussi lumineuses qu'attachantes, conventionnelles plutôt qu'originales, redondantes plutôt que simples »

En effet pour lui toute bonne architecture classique est ambiguë, complexe, contradictoire. Contre la philosophie de l'architecture moderne qui prône le «  l'un ou l'autre », Venturi revendique « l'un et l'autre » des éléments architecturaux. Contre le «  more is less » de Mies Van Der Rohe, Venturi clamera « more is not less ». Contre le dépouillement et la simplicité des formes du style international qui vise à établir une uniformité du style, qui cherche un aspect conventionnel et stéréotypé de l'architecture, Venturi lui prône l'ornement comme symbole. Son architecture est une architecture du symbole, ou la forme trouve tout son sens dans l’ambiguïté des rapports des éléments entre eux.

«  une architecture est valable si elle suscite plusieurs niveaux de significations et plusieurs interprétations combinées, si on peut lire et utiliser son espace et ses éléments de plusieurs manières à la fois »

«  on doit la considérer comme un tout »

Pour Venturi il faut une architecture qui intègre tout au lieu d’exclure, il ne faut pas éliminer, il ne faut pas simplifier «  des simplifications criardes donnent une architecture sans saveur »

«  la simplicité esthétique qui satisfait l'esprit n'est valable et profonde que si elle repose sur la complexité interne » pour illustrer son propos il donne l' exemple du temple dorique, qui si il paraît simple à l'extérieur se révèle posséder 'une grande complexité interne.
La Vanna Venturi House, complexité et contradiction

.

La vanna venuri house, ( Annexe 1 ) maison construite pour sa mère en 1962 est l'exemple type pour illustrer toutes les théories qu'il développe dans son ouvrage. À la fois complexe et simple, ouverte et fermée, grande et petite elle illustre la notion d’ambiguïté en architecture cher à Venturi. La façade, qui semble très simple en apparence est en faite pensée selon un jeu subtil des matériaux et des ornements. La façade de cette villa résume à elle seule les idées de Venturi sur l'architecture. L'allusion historique est évidement présente, il a su adapter un langage des formes qui rappelle des motifs classiques. Ici contre l'idée que la fonction dicte la forme, il recrée une façade extérieure indépendante de l'intérieur . Alors que l'architecture moderne prône la séparation des fonctions, et la spécialisation des matériaux de la structure Venturi est pour «  l'élément à double fonction » qui permet une contradiction entre les niveaux de fonction et de signification

la complexité de l'espace intérieur se reflète néanmoins à l'extérieur. La manière dont sont érigés les murs extérieurs donnent une impression d'enclos en même temps que d'ouverture par le fait que le mur soit percé. Cet effet de murs doubles répond au caractère de contradiction et d’ambiguïté pour mettre en évidence une «  tension » architecturale.
II. L 'architecture de Venturi comme manifeste de la société occidentale en mutation
«  ne devons nous pas résister à ceux qui déploient la confusion ? ne devons nous pas chercher des significations au sein des complexités et des contradiction de notre époque et reconnaître les limites des systèmes ? »

L'architecture de Venturi se veut être une architecture «  populiste » ; son parti pris est avant tout de « prendre en considération l'existant », il conçoit adapter l'architecture aux nouveaux besoins de l'homme tout en considérant la tradition. Ce point est fondamental pour comprendre l'impact de l'architecture de Venturi et l' appellation de postmoderne qui la caractérise., L'art architectural de Venturi est d'arriver à ancrer un bâtiment dans son contexte géographique , répondant à des besoins sociaux, par une évocation historique, comme justification.. L'importance d'une relecture de l'histoire en architecture est fondamentale pour Venturi dans la mesure ou l'on interprète cette relecture comme une pensée présente de l'histoire. Si de nombreuses thèses postmodernes ont développé cette idée, c'est bien l'architecture qui la matérialise véritablement.

Là où Venturi marque une rupture totale c'est dans l'innovation d'un langage architectural qui prône le « kitsch », le pastiche, c'est à dire l'art de détourner des éléments ancrés dans une culture donnée et de les montrer à leur paroxysme. Clairement influencé par le mouvement pop art qui émerge dans les années soixante, il interroge comme les artistes plasticiens le regard que l'on porte sur les objets quotidiens. « nous défendons le symbolisme du laid et de l’ordinaire en architecture » C'est l'éloge d'un art sarcastique, ironique, qui questionne notre rapport au monde à travers la sacralisation de l'objet. L’élément pop en architecture doit ainsi être ordinaire, banal, voire vulgaire dans son rapport aux dimensions et à l'espace. Ainsi, il prône une architecture au symbole extravagant, voire provocant, qui a la volonté de nous interpeller, de nous questionner sur notre condition d'occidental. Cette architecture « post » moderne de Venturi, peut être perçue comme un «  néo-classicisme ironique »

Cette idée d'un art architectural « ironique » qui serait à l'image d'une société nouvelle en pleine mutation Venturi l'a largement développée dans son ouvrage «  learning from las vegas » considéré comme le manifeste du pop art architectural. Publié en 1977, soit dix ans après de l’ambiguïté en architecture, L'enseignement à Las Vegas , propose une vision révolutionnaire de l'espace urbain par une mutation du regard. Venturi ira même jusqu'à théoriser le concept d'ironie en architecture qu'il nomme«  la convention de l'ironie » . Selon lui l'ironie en architecture a une place prépondérante dans l'érection d'un nouveau langage puisqu'elle reconnaît la condition réelle de notre architecture et son statut dans notre culture. Cette ironie se perçoit à travers les grands panneaux publicitaires du Strip de las vegas , les enseignes lumineuse( annexe 2 et 3 ) comme porteur du symbole de l’avènement capitaliste . Il entend faire reconnaître «  la valeur de l'architecture représentative en bordures d'autoroutes » . Il appréhende l'espace urbain comme véhicule de l'expression de la culture occidentale, son but se résumerait à faire parler à l'architecture «  l'argot de la rue ».

La ville de Las Vegas deviendrait le symbole d'une nouvelle Rome, et le lieu de l’érection d'une nouvelle utopie. En préconisant l'architecture comme symbole dans l'espace avant qu'elle devienne forme il questionne la nouvelle place de l'architecture dans la société occidentale. Ainsi pour lui les grands espaces des supermarchés correspondraient à une phase contemporaine de l'évolution des grands espaces après Versailles. Tous ces signes et symboles du strip proposeraient une réinterprétation de l'utilisation de l'ornement , justifiée et légitimée par leurs allusions historiques.
La Guild House, une architecture de signification
La Guild House ( annexe 3 ) , maison pour retraités à Philadelphie illustre les idées de Venturi sur les problèmes de l'espace. Elle a été conçue dans le but de répondre à des besoins de vie particuliers. Pensée en terme d'espace indépendant, Venturi a su adapter la condition géographique, l'espace de la rue, au volume du bâtiment.

La façade du bâtiment se divise en deux volumes de valeurs différentes, la façade avant, décollée du bâtiment présente une succession de balcons des salles communes. De cette manière il met en valeur le côté archaïque des façades sur la rue, par les allusions historiques des éléments architecturaux. Les murs de briques brun foncé et leurs fenêtres à guillotine rappellent les traditionnelles rangées de maisons de la ville. L'évocation d'une architecture vernaculaire à la rencontre d'une allusion de l'architecture classique devient typique de l'architecture de Venturi. La grosse colonne ronde en granit noir poli qui contraste avec l'épaisse bande blanche de l'entrée sont autant d’éléments qui évoquent presque ironiquement l'entrée d'un temple. L'enseigne qui annonce « GUILD HOUSE » agit comme un élément imagé qui connote la fonction du bâtiment.
Conclusion

L'architecture de Venturi marque ainsi une véritable coupure avec le style international. En cette fin de XX siècle l'architecture semble trouver une nouvelle voie d'expression, qui se baserait non plus sur la spontanéité ou l'innovation mais sur le pastiche, le kitsch, et l'ironie. Si Venturi introduit une architecture au langage neuf qui a la volonté de s'adapter à une société moderne en évolution , il montre également l'incapacité de l'architecture à dépasser l'histoire. Il entend ainsi rétablir une architecture « humaniste » au langage poétique qui s’adapterait aux faits et gestes de l'homme et à son état d'esprit. Cette architecture postmoderne, qui prône un retour à la conscience historique, .n'est pas sans faire comprendre ce désir que la création architecturale devienne manifeste de la société, tout en questionnant la continuité et les valeurs de la culture occidentale. L'art de Venturi est ainsi un compromis entre une architecture de la culture de masse et une architecture d' érudit. Si il a posé les bases d'une nouvelle conception de l'urbanisme à travers son étude sur Las Vegas, c'est pour questionner de manière pertinente le regard sur cette société américaine des années soixante-dix. Novateur ou visionnaire son travail sur l'architecture a le désir de replacer l'homme au centre de tout, tout en répondant prématurément aux problématiques et enjeux d'une société capitaliste en perpétuelle croissance.

ANNEXES

Annexe 1.
La vanna Venturi House – Chestntt Hill, Pa .; 1962

c:\documents and settings\gérald\bureau\sans titre.jpg


Annexe 2 - Le strip de Las Vegas

c:\documents and settings\gérald\bureau\sans titre.jpg
c:\documents and settings\gérald\bureau\sans titre.jpgAnnexe 3 - Enseigne Lumineuse à Las Vegas

Annexe 4

Guild house, Maison pour personnes âgées, Philadelphie, Venturi et Rauch, Cope et Lippincott, Architectes associés - 1960-1963

c:\documents and settings\gérald\bureau\sans titre.jpg


BIBLIOGRAPHIE

  • VENTURI, Robert, De l’ambiguïté en architecture, 1999, Dunod, Paris




  • VENTURI, Robert, BROWN, Scott, IZENOUR, L'enseignement à Las Vegas, 2008, édition Mardaga, Belgique, première édition en 1977, MIT press, united states



  • GHIRARDO, Diane, Les architectures postmodernes, 1997, Thames & Hudson, Paris




  • JAMESON, Fredric, Le postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, 2011, Paris, pages 33-104 chapitre Culture «  la logique culturelle du capitalisme tardif » pages 161-201 chapitres Architecture «  Équivalents spatiaux dans le système monde »

similaire:

Le postmodernisme en architechture a travers l\Entretien d’Elisabeth Martini avec Laurent Ledoux1
«cela» tirer à travers moi. C’est-à-dire à m’effacer autant que possible pour devenir un canal, un instrument au travers duquel «cela»...

Le postmodernisme en architechture a travers l\Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«droit» de faire, et Robert l'étrangle afin de ne pas détruire son image de chef auprès des autres

Le postmodernisme en architechture a travers l\Presentation du projet
«mermaid», de Syl bertulius et d’Erika stucky, «tombe» de Robert cahen et «ORganique», de Frédérique lecerf, qui recolore en or l’eau...

Le postmodernisme en architechture a travers l\L’oeuvre d’art “my heart is with you always”

Le postmodernisme en architechture a travers l\De Cézanne à Picasso, chefs-d'oeuvre de la galerie Vollard

Le postmodernisme en architechture a travers l\Cours d'introduction, présentation générale de l'oeuvre et du mythe de Carmen

Le postmodernisme en architechture a travers l\Parcours de Roman des origines, origines du roman de Marthe Robert
«sérieux» à propos de ces ouvrages «faux», «voué[s] à la fadeur et à la sensiblerie» quand on connaît l’importance du phénomène romanesque...

Le postmodernisme en architechture a travers l\Robert Bonnell : Le symbolisme initiatique selon Dante
«Dante le grand initié» (Editions Dervy, 2002) et d’un film sur l’Enfer de Dante. Sa conférence du 3 février 2005 était présentée...

Le postmodernisme en architechture a travers l\Opalka – one life, one oeuvre andrzej Sapija (Pologne) Prix du Jury...

Le postmodernisme en architechture a travers l\Michèle Cohen, directrice de la non-maison
«L'impression du manque et de la satiété à travers le style dans Le Marin de Gibraltar»







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com